Crise sanitaire : la précarité des étudiants augmente !

les étudiants sont de plus en plus nombreux à connaître des difficultés financières significatives. La rentrée de 2020 à été très critique pour certains étudiants, qui misent tout sur leurs jobs d’été. A la venue de l’été 2020 les emplois dans le tourisme ou le commerce ont été peu nombreux, et beaucoup ont commencé l’année avec très peu de moyens. Un autre problème s’ajoute à cette crise. Les parents qui habituellement aident leurs enfants étudiants, ont subi une perte de revenu qui les empêche de pouvoir subvenir aux besoins financiers de leurs enfants.

Quels dispositifs sont mis en place ?

Depuis la rentrée, les étudiants boursiers peuvent bénéficier d’un repas à 1 euro dans les restaurants universitaires du CROUS. Certaines mutuelles mènent des actions solidaires, en distribuant, par exemple, des masques gratuits. La marque ALWAYS DISCREET a récemment lancé une campagne de don de protections hygiéniques à destination des étudiantes dans la précarité. Pour en bénéficier, il suffit de se rendre dans l'un des hypermarchés participants en France, munie de sa carte étudiante lors du passage en caisse.

D’autres actions sont mises en place, à des échelles plus modestes, comme par exemple au marché local de Dettwiller, les dimanche matin. Des collectes de dons sont régulièrement organisées sur le marché, chacun est invité à donner des biens de première nécessité.

Ces actions de solidarité qui ont eu lieu sur le territoire alsacien sont menées par L'AFGES

(association étudiante d'Alsace) avec le soutien de la FDMJC d'Alsace et le CRAJEP qui se mobilisent régulièrement pour soutenir les étudiants.

Stand de la collecte de dons, dans la cour de l’école de Dettwiller, lors du marché hebdomadaire











Les dons possibles sont :

Denrées alimentaires non périssables – produits d'hygiène – produits ménagers – produits pour animaux et vêtements chauds. Ces denrées seront par la suite redistribuées aux étudiants dans le besoin sous forme de paniers repas.



Tous ces moyens mis en place, peuvent permettre à des étudiants de mieux supporter la crise de Covid-19.

Romain Anstett